Cerveau reptilien, système limbique, cortex : votre cerveau expliqué simplement !

Le cerveau est le résultat de millions d’années d’évolution. Les étapes de son développement en sont la preuve. Au fur et à mesure de nos apprentissages, il est passé du cerveau reptilien assurant notre survie, au cerveau du mammifère nous permettant d’agir, de ressentir et de créer des souvenirs, pour enfin ajouter via le néocortex le raisonnement, la culture et la conscience. Zoom sur ce formidable travail de la nature et les rouages subtils qui le composent.

Notre cerveau = 3 cerveaux

Cerveau reptilien, le plus ancien

Le cerveau reptilien est le cerveau de l’instinct de survie et de conservation et il  est apparu il y a 400 à 600 millions d’années. Il est le centre de nos fonctions primaires et fondamentales : contrôle moteur, respiration, alimentation, fréquence cardiaque, température corporelle, mais aussi attention, peur, combat…

Son petit défaut ? Son fonctionnement est binaire : pour le cerveau reptilien c’est oui ou c’est non, c’est tout ou ce n’est rien. Il a donc tendance à être impulsif et déteste le changement.

Sa composition ? Le tronc cérébral et le cervelet.

Cerveau limbique, l’émotionnel

Après le reptile vient le mammifère et justement, le cerveau limbique est apparu il y a 60 millions d’années, à l’arrivée des premiers mammifères. Ce cerveau est le centre des émotions, de la décision, de la mémoire à long terme et de la motivation, du plaisir / déplaisir, des réussites / échecs…

Faîtes vivre à différentes personnes le même évènement et leur réaction sera différente : c’est le résultat de l’apprentissage du cerveau limbique.

Son petit défaut ? S’il est le siège de nos émotions, c’est aussi celui de nos jugements de valeurs inconscients…

Sa composition ? Le cerveau limbique comprend l’hippocampe, l’amygdale et l’hypothalamus (principalement).

Cerveau néocortex, la raison

Le néocortex est uniquement présent chez l’homme et chez une partie des mammifères comme les chimpanzés, les dauphins… C’est le cerveau de la raison, de la logique, de la parole et de notre conscience.

Ce cerveau est donc celui de notre capacité à faire face à des problèmes et à les résoudre : rationalité, curiosité, créativité…

Son petit défaut ? Le mental prenant une place de plus en plus importante dans nos fonctionnements et dans notre société, son exacerbation met en sourdine nos émotions et notre instinct primaire qui ont pourtant besoin de s’exprimer… L’anxiété, l’alimentation émotionnelle ou la rumination mentale peuvent par exemple être le résultat d’un néocortex sursollicité et d’un émotionnel étouffé.

Sa composition ? 4 aires composent le cerveau néocortex : lobe frontal, pariétal, occipital et temporal.

Quelles interactions entre ces 3 cerveaux ?

Les cerveaux reptilien, limbique et néocortex sont totalement interdépendants les uns des autres. Le cheminement suit le développement pris par l’évolution : l’information passe d’abord par le cerveau primitif avant d’être traitée par le cerveau limbique qui lui-même va communiquer avec le néocortex.

À quelques exceptions près toutefois : une réaction forte va inhiber le fonctionnement du néocortex. La raison n’a plus sa place et le cerveau limbique (émotionnel) prend les commandes avec le cerveau reptilien qui répond alors par une réaction de fuite ou de combat. Voilà pourquoi lorsqu’on subit un choc émotionnel ou un stress intense, notre capacité d’analyse habituelle est mise de côté : chaque information est traitée comme un danger potentiel et nous sommes davantage susceptibles d’agir de façon impulsive et irréfléchie.

L’odorat : sens directement relié à notre système limbique

L’odorat a cette capacité à passer directement au-delà du cerveau raisonné pour  nous connecter à notre spiritualité et à nos souvenirs nichés dans le cerveau limbique. L’expérience le prouve : qui n’a jamais réactivé une sensation oubliée ou un souvenir précis avec une simple odeur ? C’est parce que nos récepteurs olfactifs situés dans la cavité nasale et le cerveau limbique sont directement
connectés à nos neurones.

Dans toutes les religions, ce sens est le moyen de communiquer avec l’au-delà. Simple coïncidence ou hommage pour l’odorat, symbole d’intuition et expression de notre nature sauvage oubliée ?

Travailler main dans la main avec le cerveau reptilien

Celui qui décide du passage à l’action, c’est le cerveau reptilien. En travaillant de manière optimisée avec lui on peut améliorer nos actions et notre travail. Bref, que du positif à penser AVEC lui plutôt que CONTRE lui.

Quelques astuces pour stimuler son cerveau reptilien :

  • travailler avec des images, il préfère la facilité
  • favoriser des rituels, des messages clairs et réplétifs qu’il retient beaucoup mieux
  • développer la compréhension du langage non-verbal (gestes et comportements automatiques) pour optimiser la qualité de nos interactions humaines

Le néocortex : surstimulé… ou mal stimulé ?

Tâches répétitives, perte de sens au travail, procédures à rallonge… Autant de procédés qui tuent à petit feu la créativité et le plaisir à travailler, n’est-ce pas ?

S’il fallait penser une manière de travailler qui favoriserait l’épanouissement ET la performance, cela tournerait sûrement autour du PLAISIR, appelé depuis peu la « gamification ». Le principe est simple : plus nous prenons de plaisir à réaliser une tâche (qu’il s’agisse de remplir des tableaux Excel, de réaliser les plats au menu ou de résoudre des problèmes) et plus nous sommes performants pour
la réaliser. Dans ces situations, nous sécrétons alors de la dopamine, le neurotransmetteur du plaisir et de la réussite.

Quelles conditions permettent de prendre plaisir à ce que l’on fait ?

Plus nous montons en compétence et gagnons en autonomie, plus nous prenons plaisir à travailler. Si en plus nous réussissons à trouver cet état de « flow » c’est la cerise sur le gâteau du néocortex. Il s’agit d’un état d’esprit où l’on plonge intensément dans son activité : le temps passe à une vitesse folle, les distractions habituelles n’ont plus de prise sur nous. Par exemple : vous venez d’achever
une tâche de plusieurs heures mais n’avez absolument pas remarqué que l’après-midi touche à sa fin ! De quoi laisser rêveur...

En bref

Le cerveau ne cesse de nous surprendre et nous ne connaîtrons probablement jamais ses atouts et son fonctionnement en totalité. En comprenant que nous pouvons tour à tour stimuler chacune des 3 zones qui le composent pour en tirer le meilleur, nous travaillons sa plasticité, ses performances et surtout, nous favorisons notre bien-être mental.

La clé du bien-être mental à l’ère 2021 réside dans la capacité à savoir « déconnecter » notre néocortex pour lui permettre de souffler, d’être plus résilient et résistant au stress. Apprenons à refaire confiance à nos émotions et à nos mécanismes primitifs : nos cerveaux limbique et reptilien ne demandent qu’à nous épauler pour travailler en bonne intelligence.

 

Sources :

http://youbrain.fr/les3cerveaux/

https://www.news-medical.net/health/What-is-the-Neocortex-(French).aspx

https://medecine-integree.com/les-trois-cerveaux/

https://lecerveau.mcgill.ca/flash/d/d_05/d_05_cr/d_05_cr_her/d_05_cr_her.html

 https://eteignezvotreordinateur.com/le-cerveau-reptilien-qui-joue/

https://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/UVLibre/0001/bin27/c11.htm


    Article précédent Article suivant

    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés