Tableaux d'interactions médicamenteuses

Nous vous proposons ici plusieurs tableaux d'interactions entre les nootropiques naturels Dose Mindcare et les molécules les plus fréquemment prescrites dans la sphère de la santé mentale. Ces tableaux ont été réalisés en collaboration avec notre comité scientifique. En cas de question, envoyez nous un message à hello@dose.science ! 

 

        

Réalisé par Edouard Courot, Docteur en pharmacie, expert en micro-nutrition.
Avec la participation d'Arthur Boyreau, médecin psychiatre, expert en soin mental. 

Légende

ANXIOLYTIQUES/HYPNOTIQUES 

 

ANTIDÉPRESSEURS 

Informations complémentaires : 

7. Les effets dépresseurs du système nerveux central (comme des étourdissements, de la somnolence, de la confusion et des difficultés de concentration. Certaines personnes, en particulier les personnes âgées, peuvent également présenter des troubles de la pensée, du jugement et de la coordination motrice) et/ou respiratoires peuvent être augmentés de manière additive ou synergique chez les patients prenant plusieurs médicaments qui provoquent ces effets, en particulier chez les patients âgés ou affaiblis. La sédation et les troubles de l'attention, du jugement, de la pensée et des capacités psychomotrices peuvent augmenter.
Au cours de l'utilisation concomitante de ces médicaments, les patients doivent être surveillés pour détecter un SNC potentiellement excessif ou prolongé et une dépression respiratoire. Une titration prudente de la posologie peut être nécessaire, en particulier au début du traitement. Les patients ambulatoires doivent être conseillés d'éviter les activités dangereuses nécessitant une vigilance mentale et une coordination motrice jusqu'à ce qu'ils sachent comment ces agents les affectent, et d'informer leur médecin s'ils ressentent des effets excessifs ou prolongés sur le SNC qui interfèrent avec leurs activités normales.
8. L'utilisation conjointe devra être soigneusement pesée, en raison de la sévérité du risque encouru (abaissement du seuil épileptogène : cf présence de composés terpéniques).
10. Il a été rapporté que certaines préparations de ginkgo biloba induisaient des convulsions et pouvaient s'opposer aux effets des anticonvulsivants. Les produits à base de ginkgo peuvent contenir des quantités variables de 4'-0-méthylpyridoxine (ginkgotoxine), une neurotoxine connue que l'on trouve principalement dans les graines de ginkgo biloba, mais également détectée en moindre quantité dans les feuilles. In vivo, la 4'-0-méthylpyridoxine entre en compétition avec la vitamine B6, ce qui provoque une inhibition indirecte de la glutamate décarboxylase et une diminution subséquente de la formation d'acide gamma-aminobutyrique (GABA) dans le cerveau.

Certains chercheurs ont suggéré que les quantités de ginkgotoxine dans les extraits commerciaux sont trop faibles pour exercer un effet néfaste. Néanmoins, un rapport de cas décrit deux patients épileptiques âgés, auparavant bien contrôlés, qui ont présenté des crises récurrentes dans les deux semaines suivant le début du traitement avec un extrait de ginkgo. Les deux patients sont restés sans crise plusieurs mois après l'arrêt de l'extrait, sans altération de leurs médicaments anticonvulsivants.

En pratique : En raison des incohérences dans la formulation et la puissance des préparations commerciales à base de plantes, il n'y a aucun moyen de vérifier sans tests en laboratoire si et en quelle quantité la 4'-O-méthylpyridoxine peut être présente dans une préparation de ginkgo donnée. Les patients traités par anticonvulsivants doivent de préférence éviter l'utilisation de produits contenant du ginkgo biloba.

11. L'utilisation concomitante d'agents ayant une activité sérotoninergique tels que les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et le tryptophane peut potentialiser le risque de syndrome sérotoninergique, qui est une maladie rare mais grave et potentiellement mortelle qui résulterait de l'hyperstimulation des récepteurs 5-HT1A et 2A du tronc cérébral. Les symptômes du syndrome sérotoninergique peuvent inclure des changements d'état mental tels qu'irritabilité, altération de la conscience, confusion, hallucinations et coma; un dysfonctionnement autonome tel qu'une tachycardie, une hyperthermie, une transpiration, des frissons, une labilité de la pression artérielle et une mydriase ; anomalies neuromusculaires telles que hyperréflexie, myoclonies, tremblements, rigidité et ataxie; et des symptômes gastro-intestinaux tels que des crampes abdominales, des nausées, des vomissements et de la diarrhée.

En pratique : L'utilisation concomitante d'inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de tryptophane doit être évitée.

15, 16. Synergie de l'effet sédatif.

23. Rhodiole à prendre le matin car peut interérer avec le sommeil par son effet stimulant.

24. L'utilisation concomitante de mélatonine et de benzodiazépines ou d'hypnotiques non benzodiazépine peut entraîner une augmentation transitoire de la sédation et des troubles de la mémoire, de la coordination et de l'attention dans l'heure suivant la co-administration.

25. Augmentation possible de l'effet sédatif.

33, 34, 35 et 36.  Diminution des concentrations plasmatiques par intéraction avec le métabolisme hépatique par les CYP450.

38. En pratique: En général, l'utilisation concomitante de plusieurs agents sérotoninergiques doit être évitée si possible, ou sinon abordée avec prudence si le bénéfice potentiel est jugé supérieur au risque. Les patients doivent être étroitement surveillés pour détecter les symptômes du syndrome sérotoninergique pendant le traitement. Une prudence particulière est recommandée lors de l'augmentation des doses de ces agents. Le risque potentiel de syndrome sérotoninergique doit être pris en compte même lors de l'administration séquentielle d'agents sérotoninergiques, car certains agents peuvent présenter une demi-vie d'élimination prolongée. Par exemple, certains experts suggèrent une période de sevrage de 5 semaines après l'utilisation de fluoxétine et de 3 semaines après l'utilisation de vortioxétine avant d'administrer un autre agent sérotoninergique. L'étiquetage individuel des produits pour les périodes de sevrage doit être consulté pour les recommandations actuelles. Si un syndrome sérotoninergique se développe ou est suspecté au cours du traitement, tous les agents sérotoninergiques doivent être arrêtés immédiatement et des soins de soutien doivent être fournis si nécessaire. Les patients modérément malades peuvent également bénéficier de l'administration d'un antagoniste de la sérotonine (par exemple, la cyproheptadine, la chlorpromazine). Les cas graves doivent être pris en charge en consultation avec un toxicologue et peuvent nécessiter une sédation, une paralysie neuromusculaire, une intubation et une ventilation mécanique en plus des autres mesures.

40. Une légère réaction au syndrome sérotoninergique peut survenir lorsque la Rhodiola est associée à la paroxétine et à d’autres ISRS.

30, 4142 et 48. L'utilisation concomitante d'agents ayant une activité sérotoninergique tels que les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et le tryptophane peut potentialiser le risque de syndrome sérotoninergique, qui est une maladie rare mais grave et potentiellement mortelle qui résulterait de l'hyperstimulation des récepteurs 5-HT1A et 2A du tronc cérébral. Les symptômes du syndrome sérotoninergique peuvent inclure des changements d'état mental tels qu'irritabilité, altération de la conscience, confusion, hallucinations et coma; un dysfonctionnement autonome tel qu'une tachycardie, une hyperthermie, une transpiration, des frissons, une labilité de la pression artérielle et une mydriase ; anomalies neuromusculaires telles que hyperréflexie, myoclonies, tremblements, rigidité et ataxie; et des symptômes gastro-intestinaux tels que des crampes abdominales, des nausées, des vomissements et de la diarrhée.

En pratique : L'utilisation concomitante d'inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de5-HTP (contenu dans le Griffonia) doit être évitée.

46, 47. Intéraction mentionnée mais pas d'informations supplémentaires.

 

Bibliographie des interactions entre plantes et médicaments :

 

1.  Melatonin for the prevention and treatment of jet lag - Herxheimer, A - 2002 | Cochrane Library
2.  Sommeil : prudence sur la prise de compléments alimentaires à la mélatonine - Sciences et Avenir
3.  L’Anses recommande à certaines populations d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
4.  Mélatonine - Complément alimentaire - VIDAL
5.  Effect of melatonin on seizure frequency in intractable epilepsy: a pilot study - PubMed (nih.gov)
6.  [Melatonin and epilepsy] - PubMed (nih.gov)
7.  Drug Interaction Report - Drugs.com
8.  https://www.theriaque.org/apps/interaction/itr_resultat_interaction.php?niveau=4&id=SAC_2710
9.  Drug Interaction Report - Drugs.com
10.  Drug Interaction Report - Drugs.com
11.  Drug Interaction Report - Drugs.com
12.  Guarana (Paullinia cupana) | Creapharma
13.  Community herbal monograph on Paullinia cupana Kunth ex H.B.K. var. sorbilis (Mart.) Ducke, semen (europa.eu)
14.  Facteurs favorisants des crises d épilepsie : rôle du café et du cannabis (edimark.fr)
15.  La L-Théanine - Médecine Intégrée (medecine-integree.com)
16.  L-théanine – Dossier complet fait par une naturopathe – Doctonat
17.  Drug Interaction Report - Drugs.com
18.  Effets électrocardiographiques et hémodynamiques du ginseng Panax - PubMed (nih.gov)
19.  Le ginseng : une cause potentielle de long QT - ScienceDirect
20.  Digoxin and ginseng Drug Interactions - Drugs.com
21.  Herb-Drug Interaction of Paullinia cupana (Guarana) Seed Extract on the Pharmacokinetics of Amiodarone in Rats (nih.gov)
22.  brichenko3.indd (scicompdf.se)
23.  Rhodiola rosea: (scicompdf.se)
24.  Alprazolam and melatonin Drug Interactions - Drugs.com
25.  Mélisse - Phytothérapie - VIDAL
26.  Drug Interactions Checker - Medscape Drug Reference Database
27.  Apixaban and st. john's wort Drug Interactions - Drugs.com
28.  Drug Interaction Report - Drugs.com
29.  Drug Interaction Report - Drugs.com
30.  Drug Interaction Report - Drugs.com
31.  Les interactions entre plantes et médicaments (cnrs.fr)
32.  Drug Interactions Checker - Medscape Drug Reference Database
33.  Drug Interaction Report - Drugs.com
34.  Drug Interaction Report - Drugs.com
35.  Résumé des caractéristiques du produit - ZOPICLONE ARROW LAB 3,75 mg, comprimé pelliculé - Base de données publique des médicaments (medicaments.gouv.fr)
36.  Drug Interaction Report - Drugs.com. 
37. Drug Interaction Report - Drugs.com
38. Drug Interaction Report - Drugs.com
39. Plantes à l'officine: soyons phytovigilants! (cnrs.fr)
40. Les suppléments pour la dépression et l’anxiété sont-ils sûrs et efficaces? - Pillcheck
41. Drug Interactions Checker - Medscape Drug Reference Database
42. 5-HTP Drug Interactions - Drugs.com
43. Curcuma - Phytothérapie - VIDAL
44. Curcuma (Curcuma longa) | Creapharma
45. Le Kuzu (ou Kudzu) - Bienfaits, Risques, Usages, Posologie (passeportsante.net)
46. Ashwagandha - Neuromedia
47. Ashwagandha (Withania somnifera) : stress et troubles du sommeil (altheaprovence.com)
48. Intérêt de Griffonia simplicifolia, Mucuna pruriens et Rhodiola rosea dans le traitement de la dépression (univ-lorraine.fr)

 


Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés